Un petit texte, écrit il y a quelque temps, qui apparemment résonne dans l’air du temps.

C’est à lire sur le site de shi-zen